Le mur de John Lennon

Venez voir une photo du premier mémorial sur le mur Lennon au musée « The Lennon Wall Story » !

Le 8 décembre 1980, John Lennon, cet ancien musicien des Beatles, connu pour ses engagements pacifistes, a été assassiné à New York.

Cet assassinat a stupéfait et attristé le monde entier, y compris du côté du bloc de l’Est dont la Tchécoslovaquie.

Les jours suivant sa mort, plusieurs mémoriaux ont été créés à Prague et dans d’autres villes de Tchécoslovaquie. Mi-décembre 1980, une personne a créé une œuvre sous la forme d’une pierre tombale le long de l’ancienne réserve d’eau près du mur de Velkopřevorské náměstí.

Des gens, pour la plupart des jeunes, y ont déposé des fleurs, des bougies, des photos de John Lennon et des coupures de journaux. Des inscriptions en hommage à John Lennon et en lien avec Les Beatles ont commencé à faire leur apparition et à remplir le mur.

En Avril 1981, le mur a été complètement repeint en vert pour la première fois. Les représentants du régime communiste ont exprimé ainsi leurs inquiétudes quant aux expressions de libertés déchaînées, qui symbolisaient le monde « capitaliste » occidental.

Ces préoccupations se sont développées avant le 16e congrès du Parti communiste de Tchécoslovaquie, qui a eu lieu en avril 1981. La jeunesse tchèque a rapidement repris à écrire sur le mur, et cette fois, avec des connotations plus politiques et plus engagées, comme par exemple « Palach pleurerait »1.

Le mur Lennon a été repeint à plusieurs reprises, et il a été rapidement recouvert de nouveaux écrits et de nouveaux graffitis.

A cette époque, on n’utilisait pas la peinture aérosol, ou la peinture à l’aérographe pour les inscriptions sur le mur. En effet, il était difficile de s’en procurer et il était dangereux d’en avoir sur soi.

Néanmoins, certains ont bravé les interdits tel l’audacieux Pépino Maraczi qui a fait un portrait de John Lennon en spray au pochoir sur le mur, puis sous le pont Charles. Il était venu avec sa copine et un landau pour une promenade « innocente » à Kampa. Dans le landau se trouvait tout le nécessaire pour la réalisation du portrait.

¹Jan Palach était un étudiant tchèque qui s’est immolé par le feu en 1968 pour protester contre la fin du printemps de Prague et l’invasion du pays par les armées du Pacte de Varsovie.